Tirreno-Adriatico 2020

La course des deux mers revient avec 8 étapes, et non 7 comme ce fut le cas ces dernières années. Ce cru de Tirreno-Adriatico sera donc légèrement différent, mais un parcours assez traditionnel.

Tirreno-Adriatico 2020

Etapes clés

Tirreno-Adriatico Cascia 2020

Etape 4 : Terni – Cascia

Une première étape montagneuse, mais après une arrivée en descente. L’ascension de la Forca di Gualdo est terrible avec plus de 10kms à 7% de moyenne. L’Ospedaletto aura les mêmes pourcentages, mais deux fois moins de distance. Seules les équipes très complètes s’en sortiront.

Tirreno-Adriatico Sassotetto 2020

Etape 5 : Norcia – Sassotetto

Une étape très compliquée, où la route ne fait que monter descendre pendant 70kms. Un bon moyen d’épuiser les organismes avant le mammouth de 10kms qui se profile, à plus de 7%. Le vainqueur se fera ici.


Favoris

Jakob Fuglsang : Le miracle Jakob n’en fini pas de surprendre. Après une saison 2019 exceptionnelle, 2020 est parti sur les mêmes bases. Vainqueur en Andalousie, 5e des Strade, 2e en Pologne et surtout vainqueur du Lombardie. Il aura l’aide d’Oscar Rodriguez et surtout d’Alexander Vlasov, le prodige russe, vainqueur au Ventoux et en Emilie. Ce Tirreno-Adriatico lui correspond parfaitement.

Simon Yates : Le britannique mise gros sur le Giro, et cela doit passer par une grosse performance sur Tirreno-Adriatico. Grimpeur au punch reconnu, idéal sur un parcours faisant la part belle à ce profil, il retrouve à ses côtés Jack Haig et Lucas Hamilton, qui pourraient eux-mêmes faire un top 10. Il est à égalité avec Fuglsang, c’est son explosivité qui pourrait faire la différence.

Ineos : Un collectif très impressionnant, digne d’un Tour de France sur le papier. Geraint Thomas, Chris Froome, Rohan Dennis, Eddie Dunbar, Tao Geoghegan Hart, et Filippo Ganna et Salvatore Puccio. Waou ! Pourtant, en y regardant de plus près, les problèmes existent. Thomas et Froome ont été incapables de produire le moindre résultat depuis plus d’un an, Dunbar est trop tendre, Geoghegan Hart jouera l’équipier, tandis que Dennis… et bien on ne sait plus bien de quoi il est capable. On ne peut les enlever de la liste, mais c’est un point d’interrogation qui entoure Ineos cette saison.


Outsiders

Vincenzo Nibali : En fin de carrière, Nibali reste tout de même un danger. 4e à Nice, 6e en Lombardie, il se préserve pour son Giro adoré. Un collectif un peu léger (Brambilla, Bernard) pour rivaliser, il vise à se rassurer et faire de son mieux. Il ira chercher un bon classement.

Rafal Majka : Souvent placé mais jamais gagnant depuis 2017, le polonais est un concurrent de choix au podium. Récemment 4e en Pologne, il est très très rarement hors du top 10 sur une course d’une semaine. Il aura l’aide de Patrick Konrad, et Pawel Poljanski, un peu juste pour espérer la victoire.

Michael Woods : Complètement absent cette saison, le canadien vient toutefois avec une belle équipe où on retrouve Simon Clarke, Ruben Guerreiro ou encore Tanel Kangert en lieutenants. Excellent grimpeur, un top 5 est envisageable.


Pronostic

Entre Jakob Fulgsang et Simon Yates, difficile de choisir. Les deux ont des arguments, mais Astana semble briller peu importe la course. Yates devrait toujours être en préparation et semble parfois « lâcher » des courses dans cet objectif. La consistance incroyable de Fuglsang et l’aide de Vlasov font du danois le grand favori. Il semble inarrêtable.

Pronostic du Guidon : Jakob Fuglsang

Laisser un commentaire