Tirreno-Adriatico 2019 – Étape 2: Camaiore-Pomarance

On attaque dans le dur direct avec cette arrivée à Pomarance ! Réplique partielle de l’étape de 2017 mais rabotée de 30 kilomètres, le final devrait convenir à un puncheur-sprinteur.

Tirreno-Adriatico Pomarance

Déroulement de la course

Les organisateurs ont décidé de ne pas laisser de répit aux coureurs de ce 54e Tirreno-Adriatico. Les 120 premiers kilomètres ne sont pas trop durs et devraient permettre aux échappés de creuser l’écart avant d’attaquer la dernière partie de la course.
A partir de Canneto, c’est autre chose. La route ne trouve pas de replat pendant 15 kilomètres. Le peloton va essayer de faire un peu de ménage avant d’attaquer une longue descente vers Pomarance et la bosse finale.
Les échappés n’ont aucune chance, ça devrait rouler très fort pour déposer le plus de monde possible d’entrée de jeu.

Tirreno-Adriatico Pomarance

L’ascension finale vers la ligne d’arrivée n’est pas spécialement dure, mais va demander un effort de 7 kilomètres. Il n’est pas impossible qu’un sprinteur réussisse à tenir, mais le début de l’ascension à 16% puis les pourcentages qui suivent jusqu’à 4 kilomètres avant Pomarance vont secouer. Le dernier kilomètre est clairement pour puncheur.
En 2017, c’est Geraint Thomas qui avait pris la victoire, en solitaire ! Il ne répétera pas la même course, la route n’empruntant pas l’ascension de Val di Cecina avant celle de Pomarance.

Favoris

Greg Van Avermaet : Vainqueur d’un drôle de Tirreno-Adriatico en 2016, il avait fini 4e à Pomarance en 2017. Le belge est également en bonne forme et ce profil l’avantage clairement. Il n’aura pas beaucoup d’occasions cette semaine et souhaitera un résultat avant Milan-San Remo.

Julian Alaphilippe : Bon courage à tous ses adversaires ! Sa réputation n’est plus à faire sur ce genre d’étape. N’oublions pas que le français vient ici pour engranger un maximum de victoires et pour la gagne finale.

Tiesj Benoot : 5e samedi dernier sur les Strade Bianche, le belge aime ces arrivées. Habile puncheur, il devra sortir tôt dans la montée pour espérer l’emporter. Si ça se regarde, il sera impossible à aller chercher.

Tim Wellens : Même constat que pour son coéquipier Tiesj Benoot.

À surveiller

Peter Sagan : 3e ici en 2017, le slovaque n’aborde pas Tirreno-Adriatico dans les meilleures conditions. Victime d’un virus qui l’a empêché de s’entraîner pendant 6 jours, il pourrait manquer de jambes dans les derniers mètres. Toutefois, impossible de l’écarter.

Primoz Roglic : Pas question de lâcher des secondes sur Julian Alaphilippe. Il se doit d’être présent dans le final, mais a-t-il les moyens de l’emporter ? La pente n’est pas assez dure.

Alexey Lutsenko : Dans une forme terrible depuis sa reprise, le kazakh pourra compter sur Omar Fraile, voire Jakob Fuglsang pour le maintenir aux avants postes. Cependant, il risque de lui manquer un petit quelque chose pour véritablement faire du dégât.

Eduard Prades : C’est une étape qui correspond bien à l’espagnol. Son adaptation au World Tour se passe plutôt bien, il a déjà levé les bras sur le Tour de la Provence. 9e à Larciano il y a quelques jours, il pourrait accrocher un top 10, ou mieux.

Pronostic

Il va falloir se lever de bonne heure pour battre Julian Alaphilippe ! En temps normal, Peter Sagan aurait été le grand favori. Mais a-t-il suffisamment récupéré de son virus ? Dans un final de costaud, quelques watts de différence peuvent le faire échouer. Reste alors l’option Tiesj Benoot. A 54 secondes au général, il ne représente pas un danger immédiat. Il va devoir attaquer pour prendre la victoire, et bénéficier du soutien de Tim Wellens. Lotto-Soudal a une carte à jouer !

Pronostic du Guidon : Julian Alaphilippe

Laisser un commentaire