Prudential RideLondon-Surrey Classic 2019

8e édition de la RideLondon, réservée aux sprinteurs dans la capitale britannique, avec un parcours retouché cette année.

RideLondon

Déroulement de la course

Changement de tracé cette année pour la RideLondon. Les organisateurs ont décidé de valoriser la côte la plus célèbre du Royaume-Uni : Box Hill. L’ascension située dans la région du Surrey, au sud-ouest de Londres n’a pas de quoi faire peur : un peu moins de 3 kilomètres à 5%, ça se passe en sifflant. Toutefois, il faudra y passer 5 fois en 60 kilomètres en milieu de parcours.

Box Hill

Les coureurs devront encore patienter 50 bornes avant de s’affronter sur The Mall, l’avenue menant à Buckingham Palace. Pas de danger pour les équipes de sprinteurs et les mecs les plus rapides du peloton, ils ne devraient pas trop sentir passer les efforts.

Favoris

Sam Bennett : Certainement l’un des hommes de la saison, et disposant d’une équipe acquise à sa cause avec le génial Shane Archbold en lanceur, que peut-il arriver au récent champion d’Irlande ? Il aura également Jempy Drucker à ses côtés, le coureur qui détient le plus de top 10 sur l’épreuve (et une victoire). Son état de forme est inconnu, et avec la Vuelta qui arrive, il n’est probablement pas encore à 100%.

Mike Teunissen : Auteur d’un Tour de France remarquable avec la prise du Maillot Jaune le premier jour, il a montré qu’il était plus qu’un lieutenant et pouvait s’affirmer en tant que sprinteur. Le néerlandais progresse encore (26 ans seulement) et aura la possibilité de surprendre à Londres, comme en 2015 où il avait fini 2e.

Elia Viviani : L’italien a beaucoup donné sur le Tour de France, et devrait être un peu cuit. La formation belge ramène l’artillerie lourde avec Morkov, Gilbert et Stybar, ce qui va grandement faciliter la tâche de leur leader. Avec 169 kilomètres, et un dénivelé peu important, l’italien sera quand même de la partie.

Arnaud Démare : Vainqueur en 2013, le français s’est rassuré juste à temps en Wallonie avec une victoire d’étape. Il aura également la perspective des championnats d’Europe avec un parcours tout plat et quelques pavés qui lui va comme un gant. La Groupama-FDJ vient avec des ambitions sur cette RideLondon.

Caleb Ewan : Déjà parmi les meilleurs du monde, l’australien a encore changé de statut sur le Tour de France. Avec 3 victoires, il s’est affirmé comme le numéro 1. Cependant, en a-t-il encore dans les jambes ? Il ne disposera également pas de son train de juillet, ce qui est un handicap au vue de la composition des équipes de ses adversaires.

A surveiller

Michael Matthews : Avec 8 tops 10 sur le Tour, mais une équipe qui n’aura pas spécialement brillé, l’australien arrive avec peu de certitudes sur la RideLondon. Dans le dur lorsqu’il s’agit de conclure et ne disposant pas de la pointe de vitesse des autres sprinteurs présents sur l’épreuve, il lui faudra bénéficier de circonstances.

Alexander Kristoff : Dans le dur sur le Tour, le vainqueur de l’édition 2017 arrive avec un bien joli train, mais probablement insuffisant pour jouer les premiers rôles.

Pronostic

Gros plateau cette année sur la RideLondon ! Dans une forme incertaine mais disposant d’un train exceptionnel, Sam Bennett fait office d’épouvantail. Tout l’inverse de Caleb Ewan. L’irlandais va devoir composer avec Arnaud Démare, qui semble bien en jambes et dont le train n’est plus à présenter ! Mais aussi Elia Viviani, qui dispose encore d’une équipe démesurée. Le français va aller chercher la victoire.

Pronostic du Guidon : Arnaud Démare

Laisser un commentaire