Grand Prix Cycliste de Montréal 2019

Deuxième classique canadienne à Montréal. La course fait la part belle aux puncheurs, avec un dénivelé plus important que sa cousine de Québec.

GP Montréal 2019

Déroulement de la course

La configuration du Grand Prix de Montréal est relativement semblable à Québec. Un circuit urbain, parcouru 18 fois, soit deux tours de plus que l’an dernier, avec 4 côtes.

La particularité du GP de Montréal est son parcours urbain exigeant. Il faut aller affronter la côte Camilien-Houde dès le début du parcours, 1,8km à 8% de moyenne rendant très vite la course difficile à contrôler.
Ensuite la côte de la Polytechnique, 780m à 6%. C’est dans ces deux côtes qu’il faut faire la différence ! Après un long boulevard pour maintenir l’écart, il faut passer 800m sur du 4%, puis tenir un peu moins de 3 kilomètres. Le placement sera capital avec un virage juste avant l’arrivée, se faisant sur 560m à 4%, autant dire un sprint costaud pour les protagonistes qui resteront.

Comme à Québec, il faut disposer d’une équipe capable d’imprimer un bon tempo tout au long de la course afin d’affaiblir ses rivaux tour après tour. Une évidence sur les course en circuits, mais d’autant plus important ici puisque au moment du dernier tour, un équipier peut s’avérer capital pour la gagne.

Favoris

Michael Matthews : L’australien adore ces classiques canadiennes ! Double vainqueur l’an dernier, il a encore frappé à Québec certes en bénéficiant d’un marquage incompréhensible entres les autres favoris. Peut-il encore doubler la marque ?

Julian Alaphilippe : Les deux nouveaux tours de circuit sont une bonne nouvelle pour le français. Offensif avant-hier, le fort dénivelé à Montréal pourrait l’aider à faire la différence.

Peter Sagan : Il devrait être l’un des rares « sprinteurs » à tenir le dénivelé. Déjà vainqueur en 2013, il affiche une excellente forme. Battu à Québec à cause d’une tactique défaillante, Montréal devrait offrir plus de possibilités au slovaque.

Diego Ulissi : Impressionnante deuxième partie de saison pour l’italien ! 3e en Pologne, 5e en Allemagne, 4e à Québec, il apparait comme un très sérieux prétendant à la victoire. Vainqueur en 2017, l’ajout des deux tours de circuit, comme Julian Alaphilippe, l’avantage fortement. Il pourrait surprendre !

Greg Van Avermaet : Vainqueur en 2016, il devrait pouvoir passer l’important dénivelé proposé aujourd’hui. Toujours placé au Canada, il est le seul non-puncheur à pouvoir contester la victoire.

Tim Wellens : Le belge avance discrètement mais enchaîne les bons résultats. Sorti d’une victoire d’étape sur le BinckBank Tour et un podiium au général, une 8e place à Plouay et une 9e à Québec, il ne s’arrête plus ! Capable de grands numéros, il aura besoin de toute son intelligence de course et d’une excellente forme pour mater la concurrence.

Pronostic

Peter Sagan a l’air d’être l’homme de la situation. Battu à Québec après une approche lamentable du final, il est tout de même une jambe au-dessus de tout le monde ! Le dénivelé ne devrait pas l’inquiéter, surtout en vue de celui du championnat du monde. Il devrait commence à atteindre un niveau de forme impressionnant. Diego Ulissi pourrait bien le surprendre, son profil colle bien au nouveau profil de Montréal. L’italien s’est montré très fort ces derniers temps, mais devra être audacieux. Une caractéristique qui appelle l’homme de la situation, Julian Alaphilippe. 7e à Québec mais présent offensivement, le français trouve un terrain pour s’exprimer. Sa pointe de vitesse est suffisante pour terrasser n’importe lequel de ses adversaires.

Pronostic du Guidon : Julian Alaphilippe

Laisser un commentaire